Millenium 1 – Stieg Larsson . Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Publié le par latanierealivres

millenium 1

Editions Actes Sud  - Actes noirs

Je relis cette trilogie dans le cadre d’une lecture commune organisée par Asuna  sur le site de livraddict, vous trouverez  les différents avis des participants au fur et à mesure qu’ils  seront déposés  ici : http://www.livraddict.com/forum/viewtopic.php?id=8318

J’avais déjà lu ce premier tome il y a trois ans je crois et j’attendais avec impatience une bonne occasion de relecture. Alors autant le dire tout de suite, ce livre est vraiment un coup de cœur pour moi. Parce qu’il a vraiment tout : une écriture simple, rythmée et créative ; une intrigue complexe sans être incompréhensible et surtout des personnages attachants même s’ils nous exaspèrent parfois.

Je ne vais pas trop parler de l’intrigue, cela dévoilerait trop de choses à ceux qui n’auraient pas encore découvert ce petit bijoux, mais sachez qu’elle est au moins triple : une enquête sur une disparition, un volet économique avec les recherches sur un  financier véreux et ensuite l’énigme que constitue Lisbeth  Salander, qui , on le sent, sera le « fil rouge » de la trilogie.

Je me suis beaucoup attachée aux deux personnages principaux, Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander : 

J’adore Mikael, son cynisme teinté de naïveté et ses convictions solides sur la liberté de la presse et l’éthique du journalisme. Au moment où l’histoire commence, il vient d’être condamné pour diffamation, trahi, on le saura par la suite par sa confiance en l’amitié et par ses convictions  morales et son enthousiasme. Il se retrouve alors avec du temps devant lui et besoin d’un nouveau travail. Celui qu’on lui propose semble assez innocent  mais va mettre sa vie en danger. Il me plaît par son sens moral, ses convictions, sa droiture. J’apprécie sa liberté profonde et sa complexité. Sa relation avec Erika Berger qui est à la fois son associée et son amante témoigne de cette complexité : Erika est mariée,  Mikael l’a été mais aucun des deux n’arrive à se « déprendre » de l’autre sans pour autant souhaiter vivre ensemble et avoir une relation exclusive. L’auteur nous montre toutes les failles de ce quarantenaire qui commence à regarder en arrière et à se demander ce qu’il a fait de sa vie. Je crois, d’après ce que je sais de Stieg  Larsson que ce personnage est un peu autbiographique.

Lisbeth est difficile à aimer au départ, elle est tellement contradictoire, repliée sur elle-même, à la limite de l’autisme. Elle paraît frêle, fragile alors qu’en fait elle cache une dureté née de la nécessité de survivre. Elle vous donne envie de hurler, de pester mais elle est d’une fidélité et d’une loyauté sans concessions. On finit dans les dernières pages par avoir envie de la consoler, ce qui est assez paradoxal parce qu’elle ne le supporterait pas.

L’intrigue n’est jamais hasardeuse même si elle est difficile à suivre au départ. L’auteur nous emmène doucement où il veut et vers un dénouement pas si attendu que ça même s’il sème des indices tout au long du livre. Il faut cependant ne pas craindre de passer les cent premières pages, le temps que tout se mette en place. Je pense qu’il faut considérer cela comme une préface à la trilogie toute entière.

En clair, livre attachant, palpitant et à lire de toute urgence !

bonbonbonbonbonbon

Publié dans policier

Commenter cet article