Les Lisières Olivier Adam

Publié le par latanierealivres

les-lisieres.gif

L’auteur (Biographie tirée d’evene.fr)

Romancier de renom, Olivier Adam connaît un succès populaire et critique indéniable qui le place parmi les écrivains les plus connus de sa génération. Ancien étudiant en gestion des entreprises culturelles, il participe à la création du festival littéraire Les Correspondances de Manosque et travaille comme directeur de collection aux éditions du Rouergue. C'est son premier roman paru en 2000, Je vais bien, ne t'en fais pas qui lui permet d'accéder à la notoriété. Lauréat du prix Goncourt de la nouvelle en 2004 pour Passer l'hiver, l'auteur poursuit néanmoins dans la veine romanesque avec Falaises ou À l'abri de rien. Des histoires plein la tête, Olivier Adam sort coup sur coup Des vents contraires (2009) et Le coeur régulier (2010), tout en écrivant des ouvrages jeunesse, Les Boulzoreilles, avec Euriel Dumait (2010) ou Personne ne bouge (2011). Parmi les auteurs français les plus adaptés au cinéma, il collabore dès 2006 avec Philippe Lioret, au scénario de l'adaptation de son premier roman Je vais bien, ne t'en fais pas. Il retrouve ensuite le réalisateur pour l'écriture du script de Welcome. Il participe également aux scénarios de Poids léger et Maman est folle (d' après À l'abri de rien) de Jean-Pierre Améris, et à celui de l'adaptation par Jalil Lespert de son roman Des vents contraires, sorti en décembre 2011.Les lisières sort pour la rentrée littéraire 2012, un roman où le destin d'un homme croise celui de la France.

Résumé (tiré d’evene.fr) :

Entre son ex-femme dont il est toujours amoureux, ses enfants qui lui manquent, son frère qui le somme de partir s'occuper de ses parents 'pour une fois', son père ouvrier qui s'apprête à voter FN et le tsunami qui ravage un Japon où il a vécu les meilleurs moments de sa vie, tout semble pousser Paul Steiner aux lisières de sa propre existence. De retour dans la banlieue de son enfance, il va se confronter au monde qui l'a fondé et qu'il a fui. En quelques semaines et autant de rencontres, c'est à un véritable état des lieux personnel, social et culturel qu'il se livre, porté par l'espoir de trouver, enfin, sa place.

Mon avis:

Je dois être claire tout de suite : ce livre est mon coup de cœur de la rentrée littéraire, donc si vous cherchez quoi que ce soit de négatif dans cette chronique, passez votre chemin. J’ai passé des heures merveilleuses avec Paul Steiner, ses doutes, ses failles, ses incertitudes. L’auteur décrit remarquablement ce moment de la vie où, par la force des choses, les rôles s’inversent entre les parents et les enfants parce que la retraite, l’âge et la maladie tracent leurs chemins qui mènent doucement mais surement vers le constat que nous finissons tous par être des orphelins. C’est dans l’ordre des choses mais cela nous met face à notre enfance, à nos racines puisque ceux qui les ont vécu et construit avec nous vont disparaitre. Lorsque, comme Paul , on a refusé de grandir et on a fui ses racines et que cette période s’associe à la souffrance d’un divorce, cette période devient un vrai cauchemar…Sauf que ce qui aurait pu n’être qu’un roman noir, mélancolique, devient l’histoire lumineuse d’une réconciliation avec soi-même, d’une bagarre pour s’accepter et de la reconquête d’une famille ,d’un couple. Paul est au départ un petit garçon pourri gâté, surprotégé par sa mère d’abord, par sa réussite ensuite puis probablement par sa femme qui vient de le quitter par lassitude. Après quelques colères et autres accès de jalousie, le fait de devoir retourner dans la banlieue, la lisière du titre , le ramène à son enfance et le force à enfin quitter une enfance qu’en apparence il a tout fait pour rejeter. Il quitte enfin « les lisières » de lui-même et accepte de devenir l’homme qu’il promettait d’être. Le style sobre, à l’économie, de l’auteur m’enchante. En bref : un magnifique personnage d’homme à un moment particulier de son chemin de vie. J’avais beaucoup aimé déjà deux de ces romans mais, pour moi, olivier Adam devient vraiment un auteur majeur.

bonbonbonbonbonbonbonbon

Publié dans roman français

Commenter cet article