Ake Edwardson, Danse avec l'ange

Publié le par latanierealivres

danse avec l'ange

Résumé :

Göteborg, Suède et Londres, Angleterre… de jeunes suédois sont assassinés à Londres, de jeunes anglais meurent de la même manière à Göteborg et le plus jeune commissaire de police de Suède Erik Winter se retrouve en charge de l’enquête avec son collègue anglais  le commissaire écossais (mais vivant à Londres) Steve Macdonald. Dans ce premier livre de sa série  consacrée au commissaire Erik Winter, Ake Edwardson  nous plonge dans les bas fonds d’une Suède  en pleine déliquescence et nous immerge dans une atmosphère douce amère.

Mon opinion:

Autant le dire tout de suite, j’ai rarement eu le plaisir de voir prendre corps au fur et à mesure de ma lecture un personnage d’enquêteur aussi réussi et traité avec autant de profondeur.  J’ai vu se dessiner au fil des pages le portrait d’un trentenaire à bout de souffle, un peu paumé et qui cherche ses repères tant dans sa vie personnelle que dans sa vie professionnelle. Erik Winter est très doué pour son métier mais celui-ci lui a surtout appris à observer, à être spectateur et non acteur. Il se complait dans l’analyse et l’introspection et il se sert des moindres détails pour reconstruire la vie des victimes pour qu’apparaisse en filigrane la silhouette du tueur. Il s’interroge sur son avenir et sur ses relations avec sa famille et  avec sa compagne. Son seul point fixe est son travail mais celui-ci lui pèse parce qu’il lui fait découvrir son propre pays sous un jour qu’il n’apprécie pas .L’auteur nous balade dans une Göteborg en perdition très noire ainsi que dans un Londres bruyant et cosmopolite. J’ai eu l’impression d’être happée par l’enquête et d’être constamment bercée par des airs de jazz ou par un tube des Clash tellement l’écriture d’Edwardson est musicale et envoutante. L’intrigue policière est pleine de rebondissements et de fausses pistes, ce qui a pleinement satisfait mon envie de découvrir le ou les coupables tout en la frustrant jusqu’au dernier moment.

En bref, commencer ce livre c’est ne plus le lâcher et avoir envie de lire la suite des aventures du commissaire Winter. A nouveau un excellent auteur de polar venu du nord, tel Mankell ou Lackberg. 

bonbonbonbonbonbon

« L'âme a ses brumes, ses soleils et ses chaleursd'orages.  »  André Esparcieux

Publié dans policier

Commenter cet article